3 réalisateurs, 1 genre

Le Bruit du Cinema est de retour et s’excuse de ne pas avoir pu publier en novembre, suite à des problèmes d’ordinateur, d’internet et d’un manque de temps dû à un emploi du temps surchargé, mais promis je vais me rattraper et vous prépare des petits dossiers sympas et pleins d’autres petites choses. On reprend aujourd’hui, avec l’introduction de trois réalisateurs de génie qui ont fait frissonner le monde entier.


51


Année: 1968   Durée: 1h36min   Note: 8/10   Achat: VOD


De quoi ça parle ?

Venus se recueillir sur la tombe d’un proche, Johnny et Barbara sont attaqués par un personnage inquiétant. Barbara voit Johnny se faire tuer.

En bref…

Avec ce huis-clos tourné en noir et blanc, le grand George A. Romero brise l’image du zombie et le transforme en monstre agressif, assoiffé de sang contre qui l’humain ne peut presque rien faire. Le maître du zombie est né.

You know the part in scary movie when somebody does something really stupid, and everybody hates them for it- This is it (4)

52


Année: 2003   Durée: 1h29min   Note: 9/10   Achat: VOD


De quoi ça parle ?

Deux jeunes couples se lancent à la recherche du docteur Satan, une légende locale. Surpris par un terrible orage, ils se réfugient dans une mystérieuse demeure où réside une famille pour le moins étrange.

En bref…

La maison des 1000 morts est une pépite qui nous présente avec brio une famille qui nous fascinera et nous perturbera, une déclaration d’amour sincère aux freaks et au cinéma d’horreur de tout horizon.

You know the part in scary movie when somebody does something really stupid, and everybody hates them for it- This is it (5).png

53


Année: 1960   Durée: 1h49min   Note: 8/10   Achat: VOD


De quoi ça parle ?

Une secrétaire de Phoenix vole 40.000 $ au client de son employeur et se cache dans un motel dirigé par un jeune homme soumis à sa mère.

En bref…

Avec Psychose, Hitchcock réalise un film qui perturbera à jamais le spectateur, remettant au goût du jour le monstre humain.

You know the part in scary movie when somebody does something really stupid, and everybody hates them for it- This is it (6).png

Le mardi c’est classique

le mardi c'est classique


Le bruit de couloir suspect


Réalisé par: Alfred Hitchcock   Année: 1960   Durée: 1h49min   Achat: VOD


Psychose c’est l’histoire d’une fuite, c’est l’histoire d’un motel, c’est l’histoire d’une mère et d’un fils, c’est l’histoire d’un meurtre, c’est l’histoire d’une recherche, c’est tout simplement l’histoire d’un chef-d’oeuvre du cinéma.

Ah.. Cette douche! Elle en aura fasciné et continue d’en fasciner plus d’un, il aura fallu soixante-dix positions de caméra et une semaine de tournage pour seulement 45 secondes à l’écran. Avec cette scène Hitchcock réussit à déjouer les pièges de la censure et réaliser l’impensable en réalisant une scène qui frustrera, surprendra plus d’un spectateur et qui deviendra l’une des scènes les plus traumatisantes de l’histoire du cinéma.

Psychose est un modèle d’équilibre où le moindre plan a été mûrement réfléchi par ce génie qu’était Hitchcock, c’est aussi l’un des premiers films qui aura mélangé sexe, folie et meurtre dans un récit assez sordide et angoissant. Le grand maître du suspense s’amuse et utilise tout au long du film plusieurs diversions, qu’elles soient scénaristiques où visuelles, pour déstabiliser le spectateur. Hitchcock s’amuse avec ce film à fouiller au plus profond de notre psyché.

Psychose est surement l’un des films d’épouvantes qui a le plus influencé l’histoire du cinéma, Hitchcock puise directement dans nos peurs pour créer un chef-d’oeuvre inoubliable adapté du roman de Robert Bloch, qui s’est lui-même inspiré de la vie du meurtrier Ed Gein. Le réalisateur remet au goût du jour le monstre humain en présentant aux spectateurs, un monstre à l’apparence anodine, un monsieur-tout-le-monde digne de confiance.

Psychose est une perle du cinéma qu’il faut avoir vu au moins une fois!

Le saviez-vous ?

  • Janet Leigh a été doublement doublée: Myra Davis était sa doublure lumière et Marlin Renfro sa doublure corps.
  • La maison de Norman Bates s’inspire de la Maison près de la voie ferrée peinte par Edward Hopper en 1925.
  • Dans une campagne de promotion savamment orchestrée, Hitchcock avait décidé que personne ne serait admis dans les salles une fois le générique lancé, ce qui attirera encore plus les spectateurs, curieux de cet interdit.

Capture d’écran 2019-09-30 à 08.31.48

Un jeudi, un méchant

Capture d’écran 2019-02-21 à 17.26.24

Le méchant est essentiel à un film, sans lui le héros n’a pas vraiment de raison d’être, il peut prendre plusieurs formes, physique ou psychique et apparaître dans plusieurs genres du cinéma. Aujourd’hui, j’ouvre un nouveau rendez vous qui aura lieu le dernier jeudi de chaque mois, vous pourrez découvrir ou redécouvrir un méchant qui a marqué le monde du cinema.

Mais avant de commencer ce rendez vous le mois prochain, je vous propose une petite vue d’ensemble sur les différents méchants dans le cinéma (je vais surement en oublier mais au fil des mois, mais ce ne sera que pour mieux les découvrir au fil des mois).


  • Les démons et autres entités démoniaques

Surement l’un des plus grands antagonistes du héros, issus de légendes ou de mythe, les démons et autres entités démoniaques peuvent prendre beaucoup de formes différentes et piégés le héros avec beaucoup plus de facilité, cette catégorie arrive à s’adapter à tout genre de film, de l’horreur à la fantasy en passant par la comédie, il n’y a qu’un pas pour lui.

  • Les femmes fatales

La femme fatale est une icône dans le monde des films noirs, séductrice, froide et souvent sans coeur, ne pensant cas son propre intérêt et utilisant le sexe comme une arme, elle va faire généralement tout pour obtenir vengeance, un vrai danger pour le héros.

  • Les enfants

Et oui, ces petits amours qu’on aime avec facilité peuvent être rangés dans la catégorie méchant, un visage d’ange cache parfois un être cruel sans émotion.

  • Les immortels

On classera dans cette catégorie nos amis aux dents pointues, les vampires mais l’immortalité ne touche pas que leurs groupes, on peut aussi compter parmi eux, les sorcières/sorciers, les nécromants, les alchimistes qui jouent avec la mort pour obtenir la vie éternelle.

  • Les marâtres

Ah! qu’est-ce que Disney ferait sans elles! Cette bonne femme qu’on déteste tous, pour son comportement avilissant auprès de ses enfants provenant d’une autre union, on peut aussi ranger dans cette catégorie les tantes malintentionnées qu’on déteste avec plaisir.

  • Les parâtres

Version masculine de la marâtre, le parâtre nous apporte autant de déplaisir mais se fait plus rare dans le monde du cinéma.

  • Les dragons

Espèce mythique, ces reptiliens lié au feu et donc par raccourcis au mal, deviennent dès les années 80 un ennemi potentiel pour l’humain, qu’il soit là pour protéger un trésor ou une princesse, le dragon devient rapidement le méchant préféré des films fantastiques. (A noter, qu’avec le temps le dragon a passé la frontière des gentils avec brio, laissant de côté sa part démoniaque)

  • Les montres et autres créatures

Bestiaire fantastique qui a pris vie dès les débuts du cinéma, le monstre (souvent incompris) a pris une place importante dans le monde des méchants, que se soit du maquillage ou des effets spéciaux, il est l’un des méchants, le plus efficace dans le cinéma.

  • Les mères abusives

Elle étouffe, elle maltraite et néglige son enfant, elle déséquilibre avec brio la cellule familiale bref elle fout la merde sans amour véritable et peut créer parfois de vrai grand psychopathe.

  • Les savants-fous

Ces savants qui aiment jouer à Dieu, ont réussi à se faire une petite réputation dans le monde des méchants, mettant leurs talents au service du plus offrant, créant monstres, machines de destruction et armes dangereuses sans la moindre limite. Il est souvent une vraie épine dans le pied du héros.

  • Les sorcières

Ces incomprises qui pactisent avec les démons, qui jettent des sorts et se transforment, tantôt magnifique, tantôt hideuse, elles sont nombreuses à arpenter le monde des méchants pour notre plus grand plaisir.

  • Les tueurs en séries

Mes méchants préférés! Croque mitaine surnaturelle, psychopathe intelligent ou psychotique sans maitrise d’eux-mêmes, il y en a pour tous les goûts! On a tellement de matière a travailler avec ces personnages que le monde des méchants a de beaux jours devant lui.


Qu’il soit détestable, qu’il nous fasse peur, qu’il nous séduise, qu’il nous rapproche du héros, un bon méchant est essentiel à un bon film et ce dernier peut prendre bien des apparences mais derrière ce méchant, il ne faut pas oublier qu’il y a un acteur de talent, petit panel des plus grands méchants du cinéma selon Le Bruit du Cinema.

Robert Englund – Freddy Krueger dans A nightmare on Elm Street

Capture d’écran 2019-02-21 à 19.25.04

Sid Haig, Sheri Moon-Zombie & Bill Moseley – La famille Firefly dans The Devil’s Rejects

3 from helle

Tim Curry – It dans Ça, il est revenu

Capture d’écran 2019-02-21 à 19.30.57

Jack Nicholson – Jack Torrance dans The Shining

Capture d’écran 2019-02-21 à 19.34.54

Anthony Perkins – Norman Bates dans Psychose

Capture d’écran 2019-02-21 à 16.48.33

Michelle Pfeiffer – Selina/Catwoman dans Batman, le défi

Capture d’écran 2019-02-22 à 09.32.05

Anthony Hopkins – Dr. Hannibal Lecter dans Le silence des agneaux

Capture d’écran 2019-02-21 à 19.42.46

Gunnar Hansen – Leatherface dans Massacre à la tronçonneuse

Capture d’écran 2019-02-21 à 20.01.10

Tony Moran – Michael Myers dans Halloween, la nuit des masques

Capture d’écran 2019-02-21 à 20.05.17

Al Pacino – John Milton dans L’associé du Diable

Capture d’écran 2019-02-21 à 20.11.51

Hugo Weaving – Agent Smith dans Matrix

Capture d’écran 2019-02-22 à 09.23.20

Vincent Price – Professeur Ratigan dans Basil, détective privé

Capture d’écran 2019-02-22 à 09.26.11

Rosamund Pike – Amy Dunne dans Gone Girl

Capture d’écran 2019-02-22 à 09.28.59

Dossier: Tueur en série dans le monde du cinéma

Le méchant est essentiel à un film, il peut prendre plusieurs formes, plusieurs physiques, il peut apparaître dans plusieurs genres, aujourd’hui dans ce dossier en ce jour d’Halloween je vous propose une petite plongée dans l’horreur des tueurs en série au cinéma.


maxresdefault

  • Jason Voorhees – Friday the 13th

Nombre de victimes : 146

C’est le tueur en série qui compte le plus de victimes à son compteur, il fait sa première apparition en 1980 dans Vendredi 13 créé par Victor Miller, Ron Kurz, Tom Savini et Sean S. Cunnigham. Le vendredi 13 juin 1946, le petit Jason naît avec une paralysie faciale, l’été 1957, lui et sa mère s’installe au Camp Crystal Lake ou cette dernière est embauchée comme cuisinière, Jason sera la souffre-douleur de la colonie et finira noyer après avoir glissé dans l’eau, l’année suivante le couple de moniteurs qui n’avait pas secouru le jeune Jason est retrouvé mort, le camp ferme pour ne jamais réouvrir. En 1980, des moniteurs essayant de rénover le camp sont de nouveau assassinés. Jason serait-il revenu ?

Il faut savoir que Jason Voorhees n’apparaît pas une seule fois dans le premier film, son célèbre masque quant à lui apparaîtra que dans le troisième film en 1982.

horror_dark_halloween_men_michael_myers_1280x800_25350

  • Michael Myers – Halloween

Nombre de victimes: 107

Deuxième et dernier du dossier à atteindre les cent victimes, Michael Myers apparait sur nos écrans en 1978 dans le film Halloween – La nuit des masques, tout droit sortie de la tête de John CarpenterDebra Hill, ce tueur va faire trembler bon nombre de jeunes dans les nuits froides d’octobre. Michael Myers fait sa première victime à l’âge de 6 ans, il est alors interné à l’hôpital psychiatrique Simth’s Grove, le 30 octobre 1978 Myers s’échappe et retourne à Haddonfield, sur la route il tuera un garagiste et lui volera sa tenue de travail en continuant son chemin il volera des couteaux et un masque, le tueur prend forme, sa traque peut commencer.

Il faut savoir que Michael Myers est doté d’une forte intelligence mais se limite à la simple perception du mal et du meurtre, tuant souvent des innocents qui par malchance on croiser son chemin.

3117_freddy_krueger-1024x576

  • Freddy Krueger – A Nightmare on Elm Street

Nombre de victimes : 39

Feddy Krueger le tueur en série qui hantera vos nuits à tout moment de l’année et vous terrifiera à tout âge, tout droit sorti de la tête du grand Wes Craven ce tueur en série apparait pour la première fois dans nos vies en 1984 sous la forme d’un croque-mitaine qui rentre dans les cauchemars et tue ses victimes à l’intérieur de ces derniers. Amanda Krueger bonne soeur dans un asile psychiatrique tombe enceinte alors qu’elle est enfermée par involontairement avec une centaine de malades, en 1942 elle accouche d’un petit garçon, qu’elle laissera orphelin. Après une enfance difficile, il tue son beau-père, vingt ans plus tard, établis dans la petite ville de Springwood avec sa femme et sa fille, il tue impunément des enfants sans le moindre remords, quand sa femme finit par découvrir le pot aux roses il l’étrangle devant sa fille Kathryn Krueger, arrêter peu de temps après, il est relâché a cause d’un vice de procédure. Des parents inquiets mettent le feu à la maison du tueur où il sera brûlé vif mais tout se complique quand Freddy devient le pire cauchemar des jeunes d’Elm Street.

scream_killer_horror_ghostface_craven_hd-wallpaper-1011071

  • Ghostface – Scream

Nombre de victimes : 50

Le tueur en série qui passe d’une personnalité à une autre sans jamais changer de visage, toujours à la recherche d’une certaines Sydney Prescott et toujours mis en déroute par cette dernière. Faisant monter la pression à coup de sonnerie de téléphone, de questions pièges, d’apparition furtive et de coup de couteau, ce tueur a réussi à se faire une petite réputation bien méritée dans le monde du slasher. Petit chef-d’oeuvre tout droit sorti des petites cellules grises du réalisateur Wes Craven, le ghostface a hanté et continue de hanter les adolescents qu’ils l’ont connu ou commencent à le connaitre.

Ce tueur en série a suscité beaucoup de parodies et une série télévisée qui reprend l’essence du ghostface mais ne réussit pas à le réinventé ou le renouvelé.

Leatherface01

  • Leatherface – The Texas Chainsaw Massacre

Nombre de victimes : 30

Personnage de fiction créé par le grand Tobe Hooper pour le film Massacre à la tronçonneuse en 1974. Leatherface alias Thomas Hewitt né en 1939 dans un abattoir, le responsable de l’établissement se débarrasse de l’enfant atteint d’une malformation dans les poubelles, l’enfant va être recueilli par Luda May Hewitt, qui va l’élever comme son propre enfant. 30 ans plus tard, il est embauché dans ce même abattoir où il tuera le patron et y découvrira son arme de prédilection: la tronçonneuse. L’établissement fini par fermer après un contrôle sanitaire qui conduira la petite ville à la ruine. Pour ne pas subir la faim la petite famille Hewitt va se mettre à la viande humaine devenant la famille cannibale la plus connu du monde de l’horreur.

Leatherface est le premier tueur que l’on a pu placer dans le genre Slasher, c’est un peu le papa de tous les tueurs en série du genre.

Capture d’écran 2015-10-30 à 11.33.33

  • Hannibal Lecter – The silence of the lambs

Nombre de victimes: 98

Personnage fictif créé par Thomas Harris, le docteur Hannibal Lecter est un homme de goût intelligent et cultivé caractérisé par une certaine classe. Il a connu une enfance difficile, troublée par la guerre, ses parents se font tuer alors que la petite famille est en fuite, laissant Hannibal et sa petite soeur livrés à eux-mêmes se réfugiant dans un chalet les deux enfants se retrouvent avec des réfugiés qui mourant de faim dévorent la petite soeur de Lecter, le prédateur est né, enfouit dans le cerveau d’un enfant traumatisé. A 13 ans, il commet son premier meurtre, il part ensuite en France avec la femme de son oncle ou il y étudie la médecine et finit par retrouver les assassins de sa soeur, il s’adonnera pour la première fois au cannibalisme.

Prédateur redoutable avec un sens aiguisé pour l’analyse et la manipulation, personne n’arrive à pénétrer les dédales obscurs de son cerveau malade, sa conscience ne réprime pas ses actes bien au contraire, sans le moindre remords et avec un certain humour Hannibal Lecter trouve des motivations et des causes à ses meurtres.

05a5b6cfdb4d7d6e8cdfc44de2b9672c

  • Norman Bates – Psychose

Nombre de victimes : 20

Créé par Robert Bloch pour son roman Psychose, l’auteur s’est inspiré d’Edward Theodore Gein un tueur en série qui ne s’est jamais remis de la mort de sa mère. Le personnage de Norman Bates a passé une grande partie de sa vie dans le motel de sa mère Norma, vivant sous l’influence d’une mère incapable de laisser partir son fils, Norman développe une jalousie et une haine pour tous les hommes qui pourrait se rapprocher de sa mère, l’influence de sa mère ne cessera d’augmenter au fil du temps, alors que Bates continue de faire vivre l’hôtel, il assouvit ses envies de meurtre sur certains clients qui ont le malheur de passer par là.

Le film d’Alfred Hitchcock en 1960 met un visage sur le personnage de fiction si perturbant qu’est Norman Bates, quant à la série Bates Motel, elle nous retrace l’adolescence et la relation si particulière qu’entretien Norman avec sa mère.

Saw-Ii_2210_4ea5c6dc34f8633bdc000563_1320301701

  • Jigsaw – Saw

Nombre de victimes : 60

Le petit dernier de ce dossier mais aussi à être apparu dans nos petites vies tranquilles, Jigsaw alias le tueur au puzzle. Créé en 2004 par James Wan, ce tueur sadique place ses victimes dans des dispositifs sadique représentant ce que la victime doit faire pour se libérer de son « péché », si cette dernière arrive à passé le test elle pourra apprécier la vie à sa juste valeur.  Derrière le masque, on trouve un homme, John  Kramer, un ancien fabricant de jouets, qui suite à la découverte de son cancer décide de se suicider, après une tentative ratée il change radicalement d’opinion et devient Jigsaw.

Le tueur au masque de cochon hippie aura plusieurs personnalités qui continueront l’oeuvre horrifique de Kramer.


Ce dossier est maintenant fini, j’espère vous avoir résumé au mieux la vie et la personnalité de ces tueurs en série, j’ai volontairement omis la fin de leurs histoires, après tout c’est Halloween, une petite frayeur ce soir sous l’oreiller ne fait pas de mal.  Je termine avec la bande-annonce du documentaire de la chaine Showtime – Why Horror? 

Voir aussi: La malédiction dans le monde du cinéma, Scream Queens, Scream

Youtube: Meet the Villain

anthony-hopkins-as-hannibal-lector1

Les pires ordures de l’histoire du cinéma réunie dans une vidéo de 6 minutes, c’est à CLSVideos que l’on doit cet exploit, après tout sans méchants le cinéma serait bien triste, célébrons donc ces super-vilains.